Ordre et syndicat, quelles différences?

Nombre de confrères interpellent l’Ordre des Masseurs kinésithérapeutes pour des problèmes qu’ils rencontrent dans leur exercice professionnel, pensant que l’Ordre, gérant la profession, s’occupe de tout ce qui a trait à la profession de Masseur Kinésithérapeute. Il nous faut nuancer cette pensée et définir donc ce que sont l’Ordre des Masseurs kinésithérapeutes et le syndicat professionnel.L’Ordre des Masseurs kinésithérapeutes est un organisme réglementaire (créé au moyen de la loi par l’Etat Français) administrant la profession des  Masseurs kinésithérapeutes et de ce fait représente la profession auprès des administrations de l’Etat : Ministères, Préfectures, Agences régionales de la santé, etc… L’Ordre des Masseurs kinésithérapeutes tient le tableau des Professionnels, veille au respect du Code de Déontologie par ses membres pour un exercice sans reproche de la profession, conseille et assiste ces mêmes professionnels auprès de la Justice autant publique que prud’homale…

Le syndicat professionnel regroupe des personnes exerçant la même profession, donc les Masseurs kinésithérapeutes, et a pour rôle la défense de ces professionnels dans leur exercice professionnel de chaque jour, que ce soit dans les discussions conventionnelles avec la CNAM pour négocier une nouvelle convention, une nouvelle nomenclature des actes ou un nouveau tarif des actes, que ce soit au niveau des Commissions Socio Professionnelles Départementales, des Commissions Socio Professionnelles Régionales et des Commissions des Pénalités avec les CPAM, que ce soit dans les conflits entre le Masseur-Kinésithérapeute et la CPAM pouvant parfois aboutir au Tribunal des Affaires des Sécurité Sociale.

En bref, L’Ordre gère, garantit votre existence administrative de Masseur kinésithérapeute et de ce fait, vous autorise à exercer dans le respect du Code de Déontologie.

Le Syndicat professionnel gère votre existence professionnelle en vous défendant, si besoin, auprès de vos interlocuteurs conventionnels ou contractuels : CPAM, CARPIMKO, URSSAF, Employeurs privés. L’adhésion à un syndicat est libre et volontaire.

Gérard BOUILLET