Activité physique

Le Conseil de l’Ordre a souhaité affirmer le rôle du M-K dans la promotion de l’activité physique comme facteur de santé et comme outil thérapeutique : Avis du CNO confirmant ce positionnement, possibilité d’obtenir une carte d’Educateur sportif, campagne d’affichage…

Ces  éléments contribueront à nous conforter dans notre contribution à la lutte contre la sédentarité :
La sédentarité est considérée comme le quatrième facteur de risque de mortalité à l’échelle mondiale (6 % des décès), juste après l’hypertension, le tabagisme et un taux élevé de glucose dans le sang. Sur le plan mondial, 5 % de la mortalité est imputable à la surcharge pondérale et à l’obésité, l’exercice physique est un déterminant essentiel de la dépense énergétique et est donc fondamental pour le contrôle du poids et contribue en outre au bien-être et à la qualité de vie [1,2].
On estime que la sédentarité constitue la cause principale d’environ 21 à 25 % de la charge du cancer du sein et du côlon, 27 % de celle du diabète et environ 30 % de celle des maladies cardiaques ischémiques. Il est démontré que le fait de pratiquer une activité physique (AP) régulière est un traitement à part entière de pathologies chroniques invalidantes telles que les maladies cardio-vasculaires ischémiques, les pathologies métaboliques telles que le diabète de type 2, la BPCO. Elle contribue par ailleurs comme adjuvant au traitement de nombre de pathologies neurologiques (SEP, hémiplégie…) ou rhumatismales (arthrose, maladies inflammatoires) [2].
L’amendement dit « sport sur ordonnance » adopté dans le cadre de la loi de santé du 26 janvier 2016 propose un cadre réglementaire à la prescription par les médecins d’une activité physique adaptée (APA) et introduit la possibilité pour un médecin traitant de prescrire dans le cadre du parcours de soins d’un patient atteint d’une affection de longue durée une APA à la pathologie, aux capacités physiques et au risque médical du patient [3].

[1] OMS. Recommandations mondiales sur l’activité physique pour la santé.
[2] INSERM. Activité physique. Contexte et effets sur la santé. Expertise collective. 2008.
[3] Loi n° 2016-41du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé.

L’activité physique au quotidien protège votre santé – INPES

Activité physique et cancers – INCA

Recommandations mondiales sur l’activité physique pour la santé  – OMS

Synthèse Expertise collective : Activité physique – Contextes et effets sur la santé – INSERM